Inception

    |  911 |
    J'aime:
    SA MISSION : CAMBRIOLER UN ESPRIT. - Inception se démarque comme une autre énigme de Christopher Nolan. Le réalisateur de Memento nous plonge dans les vertiges mouvant de l'inconscient en racontant comment Dom Cobb exerce son métier de voleur de rêves et pénètre dans les esprits afin d'y introduire une idée précise. Thriller à la science-fiction psychologique et aux effets spéciaux impressionnants, le film reprend quelques codes des films d'espionnage.
    Affiche du film Inception
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF

    Inception

    UTILISATEURS
    (4.05 pour 4443 notes)
    + Fiche complète

    Inception : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film Total Recall : mémoires programmées
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Clones
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Chrysalis
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Paycheck
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Equilibrium
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Minority Report
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Inception

    Dom Cobb est un voleur confirmé, le meilleur dans l'art périlleux de l'extraction. L'extraction consiste à s'approprier les secrets précieux d'une personne, enfouis au plus profond de l'inconscient pendant qu'elle rêve et que l'esprit est le plus vulnérable. Le milieu de l'espionnage industriel convoite Cobb pour ses talents. Dom Cobb devient alors un fugitif recherché sur toute la planète. A cause de cela, il perd son plus grand amour. Une ultime mission pourrait lui permettre de retrouver sa vie antérieure. Au lieu de subtiliser une idée, Cobb et son équipe vont devoir en implanter une dans l'esprit d'une personne. S'ils y parviennent, cela pourra constituer le crime parfait. Cependant aucune stratégie n'a pu préparer l'équipe à un ennemi dangereux, qui semble avoir toujours un coup d'avance. Un ennemi qui seul Cobb aurait pu voir venir. Cet été, votre esprit est la scène du crime.

    Photos du film Inception

    Ajouter une photo du film Inception

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Inception
    223422 Vues
    Bande annonce VF
    Bande-annonce VF
    4420 Vues
    1
    2
    3
    4
    5
    page 1

    Listes avec le film Inception

    Ajouter une liste au film Inception
    Merci pour vos votes! Cette session 2010 est dorénavant close, passons à 2011! N'oubliez pas de voter pour vos films préférés sur le nouveau classement... D'ici là, bonne année 2011, et bons films!
    Vous cherchez une liste des meilleurs blockbusters du cinéma mondial ? Votre recherche s'arrête ici puisque cinetrafic a compilé une liste des plus gros films à succès de l'histoire du cinéma....

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Inception
    jeremie747
    Le 19/07/2010
    264 critiques
    Chaque film de Christopher Nolan confirme son talent. Depuis les petites productions de ses débuts jusqu'aux énormes blockbusters récents, il reste fidèle à son incroyable créativité, sa capacité à réinventer les genres avec intelligence et à y instiller des réflexions métaphysiques.

    "Inception" est d'abord une révolution visuelle. Sans l'aide de la 3D, il nous offre un voyage estomaquant dans un pays des rêves qui se révèle plus une extension fantasmée de notre monde réel qu'une invention originale. Sans ostentation mais avec un vrai souci du détail et une virtuosité de photographe, il crée des décors stupéfiants, des outremondes qui nous rappellent des endroits familiers sans les imiter. Avec subtilité, il nous offre des mondes plus ou moins impressionnants en fonction de l'inventivité des rêveurs.

    Ces rêveurs justement sont au coeur d'un scénario à la complexité étudiée, à mi-chemin entre le thriller d'espionnage et l'exploration psychanalytique des rêves. Brillante dans sa construction et relativement simple dans son déroulement, l'intrigue se révèle une vraie bonne histoire qui tient en haleine pendant 2h30.

    Nolan y brasse des thèmes passionnants, notamment la perception de la réalité, les mondes parallèles mais aussi et surtout le fantasme humain de pouvoir vivre plusieurs vies, de ralentir le temps. Là où "Matrix" (avec lequel la comparaison sera inévitable) choisissait une histoire une peu lourde de complot technologique, le choix d'"Inception" de plonger dans le subconscient, les traumatismes et la faculté d'un homme à se replier dans des réalités parallèles (ici, les rêves) pour fuir une réalité devenue insupportable ou revivre à l'infini les instants que l'on regrette parait vraiment plus intéressante.

    Enfin, le film est incarné par d'excellents comédiens menés par un Leonardo di Caprio encore une fois au sommet de son art qui donne une incroyable intensité à son personnage et, ainsi, à l'ensemble de l'intrigue.

    Il y a tant à dire sur ce film que je suis convaincu que l'on n'a pas fini d'en parler... C'est en tout cas un vrai grand film de pur cinéma.

    cristal
    Le 22/07/2010
    211 critiques
    "Inception" était l'occasion pour Chris Nolan de prouver ce qu'il vaut au grand public, partagé entre passion et retenu pour ce cinéaste hollywoodien insaisissable : son premier essai, "Memento", était un tour de force inachevé, "Insomnia" condamné à n'être qu'une commande soporifique, "Batman Begins" une ridicule tentative d'assombrissement, et "The Dark Knight" l'un des premiers grands films politiques post-11 Septembre à dévoiler la peur et le besoin d'héroïsme d'un pays perdu dans les limbes du doute. De limbes il est encore question ici dans cet ambitieux projet de science-fiction : et pour répondre à la question principale, "Inception" est certainement un très grand film, capable d'assurer la relation entre réel et irréel, projections et souvenirs, rêve et fantasme, avec une dextérité étonnante. Tout d'abord le casting est d'une intelligence redoutable ; la gueule d'ange de DiCaprio abrite les sombres tourments d'un père endeuillé (à la manière de Scorsese dans "Shutter Island"), l'androgynie de Cillian Murphy ouvre de larges perspectives sur la filiation, le charme de Ken Watanabe, Tom Hardy et Joseph Gordon-Levitt assurent le spectacle physique et réflexif, tandis que les femmes, Ellen Page et Marion Cotillard en tête, affirment une personnalité que Nolan rend dans toute sa complexité. En morte psychédélique et séduisante, Cotillard élève son habituel personnage de femme bafouée et amoureuse au rang d'une féminité convaincue et puissante, avançant à grand pas comme l'obstacle du film, une sorte de Joker au féminin qui a ceci d'ambigu qu'elle apparaît en même temps comme la raison d'être du héros. Intelligemment, Nolan a d'abord construit une trame floue à partir de laquelle s'est bâti l'édifice d'un scénario, d'une clarté et d'une lisibilité exemplaire compte tenu de la complexité thématique et des nombreux genres employés. L'envergure de son cinéma est titanesque, tout en sachant être intimiste et saisir en cela le potentiel émotif que contient chaque comédien, chaque personnage dont le background a été tiré au meilleur. Mais là où "Inception" est brillant, faisant la chique à tous les blockbusters américains depuis "Matrix", c'est que son envergure ne naît aucunement de ses magnifiques effets spéciaux, mais tout simplement d'une écriture scénaristique poussée à bout, dont la panoplie de personnages existent sans aucune superficialité. L'impact des idées visionnaires apportées (autant spirituelles qu'esthétiques) amènent le film vers le brio, sorte de nec-ultra du divertissement philosophique où s'imbrique les strates plurielles des rêves humains, remettant en cause les notions de vrai et de faux. Si les 20 premières minutes peuvent faire penser aux coulisses de Matrix (un architecte, des connexions dans un monde parallèle), c'est pour mieux s'en démarquer après. Dommage que cette préparation nous perde dans les méandres du principe scénaristique alors que tout par la suite sera explicitement évoqué par le biais d'un montage virtuose. L'alternance entre le thriller (le mécanisme global du récit, le but final) et les pièges qui le parsème (le drame familial, le souvenir, la projection de la défunte), est l'occasion d'une démonstration de cinéma magistral dont l'infinité d'idées et d'équations renvoie le film à une boucle inbouclable. Nolan a réussi à toucher le vertige en concrêtisant le vaste monde de Morphée en un terrain de cinéma sans fonds. La matière même de son film comblera les plus récalcitrants, jusqu'à cette quintuple séquence anthologique d'une demi-heure où se développe cinq actions différentes dans une même réalité et un même temps. C'est à cette apogée, à ce sommet de cinéma que l'on peut dire de Nolan qu'il a réussi un pari fou, insensé. Qu'il a relevé un défi extrême dans lequel la profondeur des métaphores côtoie celle, ultime, de la mise en abyme du script-doctor (car ces architectes du film, censés créer le passé de plusieurs personnages en jouant sur leur affect, leur personnalité émotionnelle et leur issues, n'est tout simplement que la relecture du travail fait en amont du film, savamment intégré dans un récit de niveau supérieur). La mise en scène, elle, devient de plus en plus intéressante à chaque film de Christopher Nolan ; elle pose la question de la distance et de la personnalité d'un blockbuster. Elle contient une empreinte incroyable, peuplée d'éclairs saisissants et inspirés, mais aussi un rythme intrépide en cela qu'il vient nous faire oublier l'existence même de la réalisation malgré l'impact qu'elle a sur l'ensemble du film. Nolan est le seul cinéaste américain a avoir percé le mystère d'une réalisation parfaite pour le blockbuster, celle où se fond l'élan tape-à-l'oeil et la discrétion. Il est aussi l'un des rares cinéastes à avoir pour le moment marqué la décennie par un scénario aussi abouti, basé sur un principe qu'il épuise jusqu'au bout. La force qui en découle n'a d'égal que l'expression romantique des révélations douloureuses, des souvenirs enfouis qui remontent, comme le fil d'un deuxième récit à résoudre. Pour finir, et c'est peut-être là le plus fort, "Inception" est d'une limpidité époustouflante. La richesse du film, à tout niveau, ne déploie ni ennui ni complications ; tout paraît simple, clair, entièrement défini. Ce n'est jamais le trop-plein palliant le pas assez, l'équilibre est là, maintenu d'un bout à l'autre. Le plaisir aussi, offrant une expérience de cinéma jubilatoire dans son jusqu'au-boutisme, de loin le blockbuster le plus intelligent et révolutionnaire depuis le premier épisode de "Matrix".

    Site web:  http://moncinemamesfilmsmonart.blogs.allocine.fr/
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites